C.E. #4

Arrivé à la chambre d’hôtel, je me perds dans un silence de foule. Les bruits provenant de l’extérieur sont des plaques de rien qui me tapissent l’intérieur.

Après un long moment d’immobilité, peut-être d’attente, je prends ma mallette-mémoire et retourne en enfance, au Pérou. J’escalade la Huaca Larga par réflexe. Parce que dans ma tête d’enfant, elles ne servent qu’à ça. Et je le vois. Debout au bord du grandiose, son regard expliquant à lui seul la différance entre incompréhension et sublime.

D’un coup, je prends les choses en main et décide de plonger dans ce silence de foule.

Publicités

, ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :