Les Routes de Bizard – Le sulpicien

AAlors que Bizard était sur le point de s’endormir sur sa chaise, on cogna à la porte. Aussitôt, ce dernier prit la bouteille de vin et se leva en s’appuyant sur la table avec maladresse.

– En… Entrez!

Le visiteur n’avait pas attendu d’ordre pour s’exécuter. Dans le cadre de la porte se tenait un jeune aide de camp à la mine dubitative, qui lui tendait une feuille pliée et celée. Bizard le fixa un moment et tituba dans sa direction, avant de lui arracher le papier des mains, puis referma la porte au nez du garçon sans lui dire un mot. Ce n’est qu’après avoir barré la porte à clef qu’il se permit un imbibé remerciement. Il attendit un moment derrière la porte que le son des pas de son aide de camp ne soit plus qu’échos, et son ivresse s’évapora d’un coup. Il alla ranger la bouteille de vin presque vide dans un petit cabinet, s’arma de courage, remplit sa lampe à huile et retourna s’asseoir à la table de travail avec un soupir d’appréhension. Le major décacheta la lettre. Une seule phrase y était inscrite :

Le sulpicien s’est mis en route.

Publicités

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :