La Succession

Texte écrit dans le cadre du concours « d’écriture sur place » du Congrès Boréal 2021. Nous avions une heure pour écrire une nouvelle à partir de l’image ci-dessous:

J’ai retouché un peu le texte pour y éliminer les scories, mais c’est essentiellement ce que j’ai réussi à écrire en une heure, sans préparation. Voici donc!

« Au centre de l’immense salle de réception, une table entourée d’une poignée de chaises pouvant accueillir une dizaine de convives, faisait office d’unique mobilier. À l’entrée, deux gorilles distribuaient les masques et s’assuraient que les invités ne portaient sur eux que leurs armes réglementaires. 

L’idée de poster à l’entrée deux véritables gorilles était un détail apprécié par la majorité des membres de la famille qui faisaient leur entrée progressivement dans la salle. Une fantaisie qui faisait honneur à la créativité d’Abraham. Ils avaient aussi l’avantage d’atténuer le malaise créé par les masques distribués, qui représentaient tous le visage du défunt. Il fallait tout de même respecter la tradition, la bienséance. À la mort du chef, il fallait se réunir pour se séparer le territoire et les activités de la maison.

Ils s’étaient tous attablés, les uns après les autres, évaluant leurs voisins, visiblement mal à l’aise de regarder dans le blanc des yeux la représentation du regretté. Ils avaient échangé des banalités pour détendre l’atmosphère, des blagues désinvoltes destinées à normaliser ce pouvoir immémorial dont ils ignoraient maintenant la provenance. 

Les gorilles avaient quitté leur poste de gardes pour se transformer en serveurs, et leur avaient servi une succession de plats plus somptueux les uns que les autres.  Les cols amidonnés et les cravates s’étaient peu à peu assouplis, et les gants de soie traînaient maintenant aux côtés des serviettes de tables.

Rendus au sorbet, les plus vieux avaient commencés à formuler leurs demandes. L’académie de formation supérieure, la chaîne de télévision et le parti politique resteraient la propriété du groupe, dont tout le monde possédait des actions. La gestion de l’agence de publicité serait reprise par les deux aînés.  

Pendant près de deux heures, on avait séparé des fonctions, redistribué des parts, créé de nouveaux postes, mais il devenait de plus en plus difficile d’ignorer le cris des singe, qui s’énervaient à cause des coups donnés dans la porte. 

Lorsque les ambulanciers, suivi de la police, avaient finalement réussis à défoncer la porte du petit appartement miteux, la plupart des membres de la famille avaient eu le temps de se débarrasser de leurs casques de réalité virtuel, mais n’avaient pas eu le temps de remettre le pauvre Abraham, qui s’était étouffé avec sa soupe, dans une position digne d’un défunt. Dans le salon, les deux singes se balançaient encore aux barreaux de leur cage en hurlant, alors que la famille restait interdite, tête baissée, autour de la table. »

  1. Poster un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :