Petite histoire entourant une réédition

Le premier livre que je lance avec Ta Mère en janvier sera une réédition. Une réédition augmentée, réécrite, corrigée, mais tout de même une réédition. Le fait est que Sens uniques est un recueil de nouvelles qui est sorti pour la première fois en 2006, aux éditions Arion.

La maison d’édition venait d’être rachetée par un « homme d’affaires français », et celui-ci voulait rajeunir l’image de la boîte en lançant une nouvelle collection de science-fiction.  L’aventure fut agréable jusqu’à la sortie du livre, même si parfois les employés de l’entreprise avaient de la difficulté à se faire payer… (ce qui arrive un peu trop souvent, même dans les grosses maison d’édition…)

Finalement, peu de temps après le lancement du livre, l’imprimeur a fait saisir nos livres afin de se payer, et le diffuseur de Arion a arrêté de diffuser le livre, faute de paiements… Je n’ai jamais vu ne serait-ce que le coin d’un chèque de royautés.

Mais peu importe. Aujourd’hui, les éditions de Ta Mère, en plus de le remettre sur le marché, m’ont offert la chance de revoir un texte qui me tient à coeur et qui marque le début de mon aventure littéraire. Ça fait du bien parfois d’avoir l’impression de pouvoir revenir en arrière…  Merci Maman.

Publicités

, ,

  1. #1 par Éric le 22 décembre 2009 - 4:18

    Quoi? Des employés de grosses maisons d’édition ont de la misère à se faire payer?

    Je rêve.

    • #2 par Gautier le 22 décembre 2009 - 4:41

      Ouais… Elle était pour toi celle-là. 😉

  2. #3 par Stéphane Ranger le 23 décembre 2009 - 7:35

    Des bonnes nouvelles ça!

    Tu seras le seul auteur dont j’aurai la même oeuvre en double dans ma bibliothèque.
    – Hein? Deux fois?
    – Moui; enfin, cette édition-ci, chez Ta Mère, chère, est revue et augmentée…
    – Waouh!
    – Ouais, je sais….

    • #4 par Gautier le 23 décembre 2009 - 9:08

      Longue vie au dialogue.

      • #5 par Stéphane Ranger le 23 décembre 2009 - 10:23

        Je dialogue avec des qui répondent. Avec moi, quand le pont saute, il était dû, j’ai rien posé, juste trouvé le bouton rouge. Pas perdu ton signal dans la destruction. C’est un plus, mais sinon, tant pis.

  3. #6 par Gautier le 25 décembre 2009 - 7:45

    Pas question de sinon. Dissonance écho, qui sait.

  4. #7 par Stéphane Ranger le 28 décembre 2009 - 8:57

    J’en suis ravi.

    Longue vie, et que les sens ne soient pas trop uniques!

    (Rachel S. me contait que c’était un triptyque qui s’en venait; ça me met le jus dans les circuits et en attendant je relis la première édition…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :