C.E. #2

Arrivé dans une mer de monde. Du beige, du brun, du rouge. Des voiles, des chales, des crânes. Partout.

Apprivoisé laborieusement la chair humaine depuis mon premier voyage ici. Malgré les allées défrichées du monde corporatif, le contact permanent des corps m’a sauté au visage comme une bête féroce inconnue.  

Les rues sont vides, à la maison. Il n’y a plus de problème de stationnement, à la maison.

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :