Archives de la catégorie Écrire

Sur le perron de Deglise

Samedi dernier, Fabien Deglise a publié dans les pages du journal Le Devoir un texte portant sur la bande dessinée de science-fiction au Québec. Au-delà d’une bonne critique du dernier ouvrage de Grégoire Bouchard, le journaliste a profité d’un spécial « genre » au sein du cahier culture pour dresser un étrange état des lieux du médium dans la province.

En se basant sur les propos d’auteurs qu’il a contactés – et qui ont depuis dû clarifier leurs dires et souligner que pour la plupart des cas, ils avaient été mal cités- Deglise oppose une bande dessinée « intimiste » à une bande dessinée dite de science-fiction qui inclurait « anticipation, uchronie, dystopie et univers parallèles » [sic]. Suite à un malaise certain que je semble avoir partagé avec une bonne partie du milieu de la BD au Québec depuis, j’aimerais discuter un peu des propos qui y sont tenus. Ce texte n’engage bien sûr que moi, et c’est avant tout une manière d’exorciser des idées qui me trouble et que j’ai besoin d’éclaircir, bien plus qu’un pamphlet ou une lettre ouverte.

Dans un premier temps, le journaliste cite l’auteur Sam Cantin qui aurait avancé que « la mode de la bande dessinée intimiste nuit à la bande dessinée de genre […] ». J’ai moi-même déjà tenu ce genre de propos. Tentant de faire ma place dans le milieu de la BD, j’essayais d’identifier ce qui pouvait me ralentir dans mon parcours, et j’avais remarqué qu’une bonne part de la petite attention médiatique qui était donnée à la BD au Québec était destinée à ces oeuvres dites « intimistes ». Je n’ai toutefois jamais senti que les portes du temple étaient fermées. Il suffisait de s’y présenter avec quelque chose d’intéressant. Bref, en tant qu’auteur et éditeur de bd de genre ou de littératures de l’imaginaire, je trouve la déclaration assez forte. Bien que l’attention médiatique n’ait peut-être pas été à la hauteur de mes espérances dans les débuts, j’ai toujours réussi à tirer mon épingle du jeu. Même si Studio Lounak ne reçoit aucune subvention, Front Froid a bénéficié de plus de six ans de financement public grâce à des programmes du CAM, du CALQ, du CAC et de la défunte CRÉM.

Ensuite, et ce point est particulièrement sensible pour moi, on donne en exemple la série Far Out que j’écris en compagnie d’Olivier Carpentier ainsi que la série Hiver Nucléaire de Cab, que j’édite, pour illustrer une idée selon laquelle la BD de genre d’ici se cantonnerait « à quelques récits participants d’une culture « geek ». On y rajoute que nous ne rechercherions pas à développer un discours plus profond qu’un simple jeu avec les codes de la SF. Dans un premier temps, je ne sais pas exactement ce qu’une « culture geek » veut dire, mais dans le cadre du ton péjoratif qu’il semble avoir été donné à l’acception, j’ose une explication. Nous serions le produit d’une génération conquise par une culture de passionnés d’univers imaginaires étrangers, de séries produites par Netflix, de films de superhéros et autres produits édulcorés consommés par les masses. Je suis le produit de mon époque, j’en conviens, mais avancer que le genre se cantonne à quelques récits qui participent de cette culture est réducteur, selon moi. Turbo Kid, Motel Galactic, Le Suicide de la déesse, Faüne, West, Phobie des moments seuls, une bonne partie de l’oeuvre de Jimmy Beaulieu, l’oeuvre complète de Michel Falardeau, l’oeuvre complète de Thierry Labrosse, Francis Desharnais, Cab, Zviane, ont tous été influencés par la culture populaire mondiale et peuvent tous être associés aux littératures de l’imaginaire. En ces temps d’hypermodernisme et de mondialisation, nos influences viennent autant du Japon que de la France, du Québec, de l’Italie ou des États-Unis. Dans les artistes et livres nommés plus haut, il y a des gens dont l’œuvre est associée à la bd dite intimiste, d’autres à la bd de genres. Comme les limites géographiques, les limites culturelles sont de plus en plus poreuses (voir à ce sujet le collectif dirigé par Michel Le Bris et Jean Rouaud « Pour une littérature-monde », publiée chez Gallimard). Bref, on ne peut plus présenter un milieu littéraire comme si c’était une section de librairie. Notre milieu a évolué et il est en train de devenir complet et par conséquent, complexe.

En ce qui concerne les deux œuvres dont il est fait mention dans l’article qui me concerne, faut-il rappeler que Far Out et Hiver Nucléaire sont deux séries qui s’adressent à un public très large, voire principalement constitué de préadolescents et d’adolescents. Sans pour autant aborder des enjeux de société de manière éditoriale, ou adopter une posture philosophique profonde, ce sont des ouvrages qui traitent d’enjeux importants; l’isolement, l’individualisme, le libre arbitre, la construction de soi, la guerre, les changements climatiques. Avec humour, parfois même avec légèreté, il est vrai, mais je revendique le droit d’écrire et d’éditer de belles histoires, bien construites, avec comme simple but de transporter mon lecteur. Nous faisons partie d’une nébuleuse bien plus large et riche que la dichotomie archivistique que cet article nous propose.

 

 

 

 

, , , ,

Poster un commentaire

Des nouvelles

Ça fait trop longtemps que je n’ai pas donné de nouvelles.

Eh oui, le Nanowrimo n’a pas été un franc succès, mais j’ai au moins une amorce supplémentaire de roman qui est quand même assez intéressante.

Depuis le dernier message, le collectif Le Front #4 est sorti! J’y ai écris un scénario, illustré par Jérémie Caron-Mackenzie. À bien y penser, c’est une histoire qui est en lien avec ce que j’ai écris sur ce blogue au sujet de la technologie et de la littérature. Je suggère d’ailleurs à ceux qui veulent comprendre quelque chose à l’histoire de lire mon blogue avant.

En ce moment, je travaille sur ma première traduction! C’est plutôt épique… Je ne peux pas en dire trop sur le projet, mais c’est suite à une découverte plutôt étrange que j’ai faite dans une petite librairie de Burlington.

À suivre!

Poster un commentaire

Nanowrimo – 2 jours plus tard

Hello!

Ça fait deux jours que le Nanowrimo est commencé, et j’en suis à 3348 mots. Je tiens donc la moyenne de 1666 mots par jours, après avoir accusé un petit retard la première journée. J’ai calculé que ça me prenait environ trois heures de travail sérieux par jour pour venir à bout de de la moyenne minimum quotidienne.

Si jamais ça vous intéresse, vous pouvez suivre mon « word count » à l’adresse suivante : http://www.nanowrimo.org/fr/user/681258 . Il semble y avoir un problème avec leur logiciel qui compte les mots, puisque mon logiciel de traitement de texte me donne à peu près 100 mots de plus…

Je me rends compte qu’il faut être vraiment discipliné! Si je suis trop fatigué en rentrant du boulot, je ne suis pas en mesure d’écrire trois heures, alors il faut que je me couche quand même assez tôt, même si je dois écrire trois heures!

L’autre défis est d’écrire quelque chose d’intéressant, malgré l’impératif quantitatif… On verra ce que ça donne! Mais jusqu’à maintenant, je me suis déjà pas mal attaché à un de mes personnages, Jacob Pilote. Ça augure bien.

,

1 commentaire

Nanowrimo!

Je suis peut-être en train de faire une bêtise, mais c’est plus fort que moi.  Je viens de m’inscrire au Nanowrimo (National novel writing month).  Le but? Écrire 50 000 mots en un mois.  Ah, oui! Idéalement, ces 50 000 mots doivent constituer un roman…

J’ai tellement de difficulté à me discipliner à écrire que je pense que ce sera pour le mieux. Et si jamais je vous dit pendant le mois de novembre que j’ai envie de lâcher, s’il vous plaît, ne m’épargnez pas.

Je vais donc mettre mes projets actuels sur la glace l’instant d’un mois, et je vais vous pondre une petite histoire au sujet de la chose qui prend la plus grosse partie de mon temps ces temps-ci : la bande dessinée. Pour l’instant, c’est tout ce que j’ai comme plan, et c’est très bien ainsi. Jusqu’au 1er novembre, j’essaie de pas trop y penser.

Je vous tiendrai au courant au fil des chapitres.

3 Commentaires

Mais où est donc passé le Golem?

Finissons-en une bonne fois pour toute.

Vous connaissez Norbert Wiener? Monsieur Wiener est un des penseurs de la cybernétique, et un juif. Je le précise car ça a un rapport avec mon propos.

Les juifs ont un lien affectif particulier avec la cybernétique. Wiener suppose en effet que cette sensibilité, ou cette ouverture au concept de « dialogue » avec la machine, est dû à la figure du golem qui est très présente dans l’imaginaire juif. Le golem, cet être construit par le rabbin pour protéger la communauté, est contrôlé grâce à la connaissance du nom de Dieu. Comme dans l’Apprenti Sorcier, de Walt Disney, celui qui contrôle le langage comme il se doit [soulignons] contrôle le golem.

Tout ça est d’une ironie incroyable, car selon moi, notre peur de la technologie a un rapport certain avec le génocide des juifs durant la deuxième guerre mondiale.

Pour faire une histoire courte, l’Allemagne nazi a utilisé les savoirs de la révolution industrielle pour les appliquer au meurtre de masse.  Avec les chambres à gaz, on a industrialisé la mort, et on a déshumanisé l’humain. Grâce à un contrôle malveillant du langage, les nazis sont allés jusqu’à interdire l’utilisation du mot « cadavre » pour le remplacer par « poupée »…

L’apprenti sorcier qui n’utilise pas les bonnes « formules magiques » pour contrôler son environnement devient fou, et se fait envahir par les « monstres » technologiques étranges.

Je pense que notre peur de la technologie vient un peu de là. Nous associons « inhumain » et « mort » à cause de traumatismes historiques majeures. On pourrait aussi faire le même exercice avec l’expérience d’Hiroshima.

C’est normal, mais je m’ennuie du bon vieux golem.

, ,

Poster un commentaire

Textobjet

Je ne sais pas par où continuer. Il y a trop de choses à dire.

Premièrement, j’aimerais mettre une chose au clair : je m’intéresse à la charge poétique de la technologie (ou à son absence). Je ne suis pas « pour » ou « contre » la technologie. C’est absurde.  Mon opinion à ce sujet est que nous sommes nous-mêmes technologiques. Une partie de l’intérêt de cette réflexion est de discuter des limites et des origines du « naturel » et du « synthétique ». Est-ce que le « moi », la « conscience », l' »âme » sont des concepts « naturel »? « Technologiques »? Attention, je ne pose que la question. Je ne suis pas là pour essayer de vous convaincre de quoi que ce soit. Je suis là pour essayer d’ouvrir le discours au sujet de la technologie.

J’aimerais vous référer à une conversation qui a germée suite à la publication sur mon mur Facebook de mon dernier billet, mais c’est pas mal long. Je vais simplement poster un commentaire que j’y ai fait,  :

Malgré la révolution industrielle, le néo-libéralisme, les dictats de l’opinion public, nous voulons continuer à vivre ensemble. À être une société, et non pas une collectivité d’êtres prisonniers d’une routine orchestrée autour de notre minable petit travail et de nos minables petits produits, qui ne sont plus chargés d’aucune poésie. Qui, depuis la révolution industrielle et la deuxième guerre mondiale, sont des véritables petits cadavres. Nous ne serons jamais assez courageux pour tout foutre à terre et ainsi revenir aux lettres, alors on « texte ».

Ce qui m’amène à parler des objets. Précisons dès le départ: je ne condamne pas les objets. Je me questionne sur la manière dont nous les concevons et les produisons. Il y a plusieurs données qui nous ont poussées à changer la manière dont nous concevons et produisons nos objets : le coût de production, la mode, le soucis de rejoindre des marchés de plus en plus large, la disparition de certains matériaux, etc. Prenons par exemple un appartement de Montréal qui a été construit dans les années trente, et comparons-le à un logement dit moderne (construit entre les années 70 et aujourd’hui) : les matériaux sont différents, les coûts sont différents, l’accès au logement est différent. La manière de concevoir les logements destinés au commun des mortels [je souligne] est différente, aussi. Les planchers flottants, les moulures, les fenêtres; tout est de plus en plus « standard ». La réponse commune à ce constat est que par soucis d’économie (et donc de démocratisation) on standardise.  Une autre réponse, complémentaire, serait que le savoir des artisans s’est perdu. En voulant standardiser, on a peut-être démocratisé un peu plus (et encore là j’en doute) mais on a délaissé (perdu?) un savoir très important; celui de raconter des histoires à travers nos objets. Avant, on ne faisait pas que construire un meuble, on l’écrivait, aussi. On l’ornait de choses qui étaient importantes pour nous : plusieurs références de type biblique, mais aussi à la nature, à la mer, au nautisme, à la chasse ornaient notre environnement.

Je ne sais pas si vous voyez où je veux en venir. Ça prendra encore un ou deux autres billets, je crois.

Encore une fois, à suivre…

Poster un commentaire

Again

Pour ceux qui ont aimé « Peine de mort », la BD d’Olivier Carpentier et moi qui est dans Le Front 2, voici un extrait de la chanson qui a inspirée le scénario :

Again, de Archive (You all look the same to me, 2002)

, , , ,

Poster un commentaire

Je suis un cyborg

« Rien ne tourmente l’appétit du Collectif comme le Livre. Ça l’irrite spécialement, cet objet matériel, non électrique, dans quoi un solitaire peut s’absorber longtemps, en silence. C’est le village d’Astérix de l’Empire du Bien Google, l’exception scandaleuse d’un flux désuet à connexion psychique en différé sur les temps passés. » (source)

Le Collectif : Selon la critique-fiction de Larose, le cyber-espace serait comme « le collectif » du Borg, dans Star-Trek; une entité assimilant tout sur son passage, et niant l’individualité de l’Homme.  C’est plutôt l’analogie bancale de Larose qui assimile tout sur son passage, en mettant dans le même panier utilisateurs, créateurs, commentateurs et industriels. Je ne ferai pas l’apologie de la liberté d’expression que nous permet la publication numérique; c’est factuel. Nous ne sommes jamais obligés de nous plier à la volonté des gens qui commentent négativement nos billets. Bien au contraire. Souvent, ça nous force à approfondir notre prise de position, à chercher de nouveaux arguments pour défendre notre point de vue.

En parlant du Borg. Larose me l’avait sorti, en plein cours d’ailleurs : « Oui, j’aime la science-fiction, je suis un amateur de Star Trek ». Il s’était justement mis à parler du Borg. Tout porte à croire que c’est l’unique référence en la matière qu’il possède. On remarque ici une réaction typique de l’adepte de la terreur androïde…

Le fait est que je suis un cyborg. J’aime m’enfermer dans une pièce avec de l’encre et des piles de papier, d’ouvrages théoriques et de romans jaunissant.  Rencontrer des amis autour d’une quantité phénoménale d’alcool. Écrire une lettre. Faire l’amour et dire : « un autre grand roman qui ne s’écrira pas ». Conspuer la réforme de l’orthographe, admirer un vers de Miron, faire des blagues au sujet du lac Léman.

Mais je suis un cyborg.

Je suis un être de chair et de métal, de sang et de culture. J’aime sentir l’acide d’un livre vieillissant autant que l’acide des batteries de mon netbook ou de mon Ipod. J’aime me servir du « futur » pour voir et dire le passé et l’infinie continuité du présent.  J’utilise wikipédia, je cite des viédos youtube, je lis Gawkers et j’admire Balzac. Oui, c’est possible, Monsieur Larose, de ne pas avoir envie d’entrer dans une « classe »…

« Le livre irrite le collectif » : faux.  La plupart de mes collègues modernes sont d’accord pour dire que le livre électronique est une fausse invention, qui vient du haut et non du bas.  C’est une grande faute d’associer livre électronique (industrie, produit) et culture de la grille.

, , ,

2 Commentaires

Pourquoi j’aime la BD

Dans le sixième numéro de la prometteuse revue de bande dessinée Trip, dirigée par Stanley Wany, une question était posée à plusieurs acteurs du milieu de la BD québécoise : Pourquoi faites-vous de la BD? Je me permets de répondre à la question (certains diront peut-être que c’est prétentieux, mais je me donne le droit quand même. Au diable.) :

« Le génie n’est que l’enfance retrouvée à volonté », disait Baudelaire.

Je fais de la BD parce que c’est un médium génial.  Sans me faire retomber systématiquement en enfance, « l’économie » de la BD me permet de parler de manière différente. Comme un enfant mais sans vraiment l’être. Le fait d’écrire et de montrer quelque chose pour en dire une autre donne naissance à une voix narrative différente, berçante et étrangement honnête. Utiliser toutes ces cases, cette mécanique narrative, et passer alors un accord tacite avec le lecteur (je n’aime pas l’expression « contrat de lecture ») est un geste créatif qui cèle une complicité forte entre le récit, le lecteur et l’auteurs.

La BD est un jeu pour moi. Un jeu en tant qu’espace,  joint, ensemble, joute entre deux personnes. C’est pourquoi je ne dessinerai jamais.

, , ,

Poster un commentaire

écrire #2

Est-il  possible d’écrire sans aborder d’une manière ou d’une autre la technologie?

8 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :